"N’enfonçons pas nos yeux dans la bouche de l’autre"

« Publié par La Découverte, Sexe, race & colonies a bénéficié d’armes de promotion massive. Les arguments de vente contenus dans son introduction (nombre d’auteurs, nombre d’images, échelle mondiale) servent en fait à couvrir l’obscénité d’un zoo humain d’un nouveau genre, imprimé sur papier glacé. Car l’obscène s’exhibe et n’existe que lorsqu’il y a, comme ici, volonté – commerciale - de montrer.

N’enfonçons pas nos yeux dans la bouche de l’autre : ce slogan, découvert hier sur un mur, résume à merveille l’enfoncement profond qu’accomplit Sexe (imprimé en très très gros sur la couverture), race & colonies (en beaucoup plus petit) sous-titré La domination des corps du XVe siècle à nos jours (encore plus petit), un pavé de près de quatre kilos, un volume d’environ 30 x 30 x 4 cm qu’on ne peut porter qu’avec peine. La couverture montre déjà le traitement infligé aux colonisées et colonisés d’autrefois : ce ne sont pas des personnes, mais des corps. S’il ne s’agissait que de corps, nul besoin de domination. Celle-ci cherche à plier des êtres humains - autrement dit non des corps mais des corps parlants - aux désirs d’autrui, à les arraisonner, à les mettre au service de (...). » Seloua Luste Boulbina

Pour lire la suite : https://blogs.mediapart.fr/seloua-luste-boulbina/

Sites favoris Tous les sites