Discours de Philippe Séguin le 5 mai 1992 à l'Assemblée nationale - commentaires