Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple. 26 mars 1871

L’Appel aux électeurs parisiens, daté du 25 mars 1871 et rédigé par les membres du Comité central de la Garde nationale, dont les membres ont signé le document joint, met en lumière la question cruciale du système électoral, en précisant la nature des rapports entre électeurs et élus. Ces rapports méritent d’être analysés et connus !

Articles les plus récents

  • Sur la nuisance des médias

    , par Anne-Cécile Robert, Tribune libre

    En principe, les médias sont indispensables à la démocratie ; ils sont chargés de vérifier, de présenter l’information. En fait aujourd’hui, ils s’éloignent de plus en plus de toute pensée critique ; ils deviennent même un élément essentiel de la conformité (...)
    Article également publié par (...)

  • Résistance ou Collaboration linguistique ?

    , par Citoyen(ne)s, Tribune libre

    Prenant la parole à Berlin dans le cadre de sa candidature à la présidence de la République… française, Emmanuel Macron a prononcé son discours en anglais « pour être compris de tous » (sic).
    Le 11 janvier, s’exprimant sur France-Info dans l’émission de J.-M. Aphatie, le chef de file du MEDEF, Pierre (...)

  • L’autre Ben

    , par Bollmann Yvonne, Tribune libre

    Exposition « Tout est art ? Ben au Musée Maillol » (14 septembre 2016 - 15 janvier 2017)
    Sur le site internet du Musée Maillol, Ben est présenté comme « figure majeure de la scène artistique contemporaine en France » : « Sa production, à la fois réflexion sur l’art dans ce qu’il a de plus fondamental et intégrant notre quotidien dans ce qu’il a de plus particulier, réussit à faire de la vie un art. Sont ainsi entrés dans son œuvre des univers aussi éloignés du champ artistique que l’ethnisme (...)

  • « Je préfère une Europe libérale à pas d’Europe du tout »

    , par John Groleau

    Quelle personnalité a fait cette déclaration ? Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Pierre Moscovici, Laurence Parisot, Alexis Tsipras, ou encore Yanis Varoufakis ? Non, un « illustre inconnu » qui fut le président du Mouvement socialiste pour les États-Unis d’Europe de septembre 1949 à 1964 : André Philip. Certains aspects de son parcours hétéroclite méritent d’être connus, en particulier ceux concernant la construction « européenne », d’autant plus que l’« Europe sociale » est renvoyée aux calendes grecques et que la future « Europe démocratique » à travers la convocation d’une Constituante européenne revient dans le débat public.

  • Le Mouvement socialiste pour les États-Unis d’Europe

    , par John Groleau

    « Ni dans l’union européenne, ni dans l’union atlantique, l’accent ne doit être mis sur l’idée d’une alliance militaire ; celle-ci est impliquée dans tout effort d’unification, mais c’est l’union économique et politique qui doit toujours être au premier rang de nos préoccupations. » André Philip, président du MSEUE de septembre 1949 à 1964

  • Primaire de la droite : « prés de 99 % des sujets d’expérience acceptaient le programme tant qu’on leur permettaient de choisir »

    , par John Groleau

    Dans l’un des journaux télévisés de cette fin de matinée, un citoyen après avoir payé 2 euros et signé sur l’honneur un document baptisé « La charte des valeurs » , a déclaré avoir participé à la primaire de la droite car il avait pour une fois la possibilité de choisir son candidat.
    D’après le Mérovingien, (...)

Mon édito

Lu 36 fois
La dette publique : à qui profite-t-elle ?
Le MEDE« F » a une priorité : le fédéralisme européen
Le FN et le marché transatlantique
LE RÉGIONALISME
CIA. Guerres secrètes. 1947 - 1977 : opérations clandestines
  • Demos&kratos
  • Droit naturel
  • Nous suivre


Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves