Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple

L’Appel aux électeurs parisiens, daté du 25 mars 1871 et rédigé par les membres du Comité central de la Garde nationale, met en lumière la question cruciale du système électoral, en précisant la nature des rapports entre électeurs et élus.
- Ces rapports méritent d’être analysés et connus !

Articles les plus récents

  • La paix, enjeu d’intérêt public ou instrument tactique ?

    , par André Bellon

    La commémoration du 11 novembre reste un sujet très sensible pour nos compatriotes et devrait donner lieu à un vrai débat sur la politique étrangère de la France.
    Certes, Macron se rend sur les champs de bataille et rencontre les populations locales. Certes, il s’émeut avec raison des abominations (...)

  • L’Attali pas très nouveau est arrivé

    , par André Bellon

    Le voilà, il est là, éclairant le monde de sa pensée lumineuse. Après nous avoir proposé modestement « une brève histoire de l’avenir », s’être adonné à dresser le portrait de Gandhi, Blaise Pascal et Barbara (de simples miroirs pour lui sans doute), nous avoir prédit la ruine « dans 10 ans » (c’était en (...)

  • La mystification de la Terreur. Par Henry Laurens

    , par F.G.

    Compte-rendu de lecture publié dans L’Orient littéraire en octobre 2018 autour du dernier livre de Jean-Clément Martin, Les échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État. 1794-2001.

  • Perquisitions

    , par Étienne Tarride, Tribune libre

    Chacun est libre de penser ce qu’il veut des cris et de la fureur de Jean-Luc Mélenchon pendant les perquisitions menées à 7 heures du matin à son domicile, au siège du Parti de Gauche et au siège de la France Insoumise.
    Quel que soit le volume de ses imprécations, et leur caractère légèrement (...)

  • Un totalitarisme peut en cacher un autre

    , par André Bellon

    Si on en croit les médias, le populisme, cet être rampant non identifié, menace l’Europe entière. Notre fameuse presse « démocratique » cherche, par ce biais, à imposer aux citoyens l’idée que la démocratie est l’enjeu des élections européennes de mai 2019 et qu’elle est portée par le chevalier blanc Macron (...)

  • Les élections de la députation « de l’égalité de l’épiderme ». Saint-Domingue, septembre 1793.

    , par Florence Gauthier

    Durant plus de deux siècles, l’historiographie a « oublié » l’histoire de la première abolition de l’esclavage qui se produisit en deux lieux et en deux temps : dans la colonie de Saint-Domingue en 1793, puis par le vote de la Convention montagnarde le 16 pluviôse an II - 4 février 1794, à Paris. Il est temps de revenir aux sources, pourtant abondantes, pour redécouvrir l’esprit dans lequel s’est réalisée cette grande conquête de la liberté, ses propres mots et les moyens mis en œuvre. La proclamation de « la liberté générale » a été immédiatement suivie de l’élection d’une députation de « l’égalité de l’épiderme » par le « nouveau peuple de Saint-Domingue ». Leur volonté de réaliser « l’égalité de l’épiderme » s’exprima par l’élection d’une députation « tricolore » : deux députés noirs, deux métisses et deux blancs furent mandatés pour demander son aide à la République française. Qui étaient ces électeurs ? Qui élirent-ils ? Quel était le contenu de ce mandat ? C’est ce que nous sommes, aujourd’hui, en état de préciser.

Mon édito

Lu 64 fois
La dette publique : à qui profite-t-elle ?
Le MEDE« F » a une priorité : le fédéralisme européen
Le FN et le marché transatlantique
LE RÉGIONALISME
CIA. 1947 - 1977 : opérations clandestines et coups d’État
4 février 1794 : la Convention montagnarde abolissait l’esclavage dans les colonies françaises

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves