La Grèce bientôt en défaut de paiement ? Par Bruno Arfeuille

« À 18H00, le taux de l’obligation d’État grecque à 10 ans était à 7,161 %, contre 6,976 % la veille à la même heure » [1].

Lundi 29 mars : l’obligation grecque à 10 ans était à 6,289 %.
Mardi 30 mars : l’obligation grecque à 10 ans était à 6,434 %.
Mercredi 31 mars : l’obligation grecque à 10 ans était à 6,522 %.
Jeudi 1er avril : l’obligation grecque à 10 ans était à 6,529 %.
Mardi 6 avril : l’obligation grecque à 10 ans était à 6,976 %.
Mercredi 7 avril : l’obligation grecque à 10 ans était à 7,161 %.

« Très surveillé par les acteurs de ce marché, le différentiel ("spread") avec le Bund à 10 ans qui sert de référence, était au-dessus des 400 points, atteignant là encore un record inédit qui fragilise encore plus la Grèce.

Cela signifie qu’Athènes doit proposer aux investisseurs un taux supérieur de quatre points de pourcentage à celui de l’Allemagne pour emprunter de l’argent, une situation d’autant plus difficile que deux échéances majeures se présentent en avril et en mai.

"Les Grecs ne pourront pas se refinancer éternellement à ces taux très élevés", a souligné Laurent Géronimi, directeur de la gestion taux chez SwissLife Gestion Privée, d’autant plus que "les déficits budgétaires pourraient devenir insoutenables". » [2]

« Hier, les quatre principales banques grecques ont demandé au gouvernement de leur verser le solde de l’aide financière promise en 2008, soit 17 milliards d’euros. » [3]

Bruno Arfeuille, Nonidi 19 Germinal an CCXVIII

©Chappatte - www.globecartoon.com/dessin