Accords commerciaux entre la Chine, le gouvernement grec ... et les armateurs grecs

Le vice-premier ministre chinois, Zhang Dejiang, a signé treize contrats commerciaux avec son homologue grec, Théodore Pangalos, mardi 15 Juin à Athènes.

« Contrôlant 15 % d’une flotte commerciale mondiale qui a surfé au début des années 2000 sur le boom chinois, les armateurs grecs se sont chargés de tisser les liens.

Et ils ont multiplié les commandes de bateaux en Chine, devenue le plus gros constructeur naval mondial, devant la Corée du Sud, selon les statistiques publiées en janvier par le ministère chinois de l’industrie et de l’information technologique. En 2009, le carnet de commandes chinois dans ce secteur a d’ailleurs progressé de 61 %.

En novembre 2008, Cosco décrochait pour trente-cinq ans et 3,4 milliards d’euros le contrôle d’une base de porte-conteneurs au Pirée, ouvrant les Balkans et la mer Noire aux produits chinois. Entre-temps, le centre populaire d’Athènes cédait la place à une Chinatown, d’où le prêt-à-porter à bas prix est colporté jusqu’aux îles les plus reculées de la mer Egée.

"ATTIRER LES AIGLES CHINOIS"

Cosco s’est imposé comme protagoniste de cet entrisme chinois, partie prenante avec des armateurs grecs de 7 des 13 contrats signés mardi à Athènes pour des commandes de 15 cargos, l’affrètement de 6, et la création d’une joint-venture. Les autres prévoient notamment la construction d’un grand hôtelier au Pirée et l’exportation d’huile d’olive. Au total, le volume d’affaires ainsi brassé s’élève à plusieurs centaines de millions d’euros, selon un responsable grec. »

Extrait de l’article de Catherine Georgoutsos avec Bruno Philip, journal Le Monde, le 17/06/10.

P.S. :
- "La Suisse protège les milliards de célébrités grecques redoutant le fisc" par Philippe Rodrik
- Le port du Pirée passe aux mains d’un groupe chinois.