Florence Woerth connaît bien la Suisse...

« Deux comptes suisses, à Vevey et à Genève, ont été mis au jour par les enregistrements du maître d’hôtel. Le réseau de sociétés gérant la fortune de l’héritière L’Oréal finit sous le Jet d’eau, près de l’Hôtel d’Angleterre. Selon un banquier de la place, "depuis 2008, Florence Woerth était presque à demeure à Genève".

[...]

L’un d’eux, spécialiste des “family offices” (sorte de banques privées pour très grandes fortunes) tempête : “Eric Woerth, qui avait fait de l’évasion fiscale sa priorité, nous a longtemps fustigés comme les ennemis numéro un. C’est lui aussi qui, avec Peer Steinbrück, alors ministre allemand de l’Économie, nous a conduits sur la liste grise de l’OCDE, celle des paradis fiscaux non coopératifs. Mais savez-vous qu’au même moment, sa femme Florence, l’une des gérantes de fortune de Liliane Bettencourt, était vue très souvent dans le “family office” de la milliardaire française, qui se situe à deux pas de l’Hôtel d’Angleterre ?”

Cette entité de gestion de fortune genevoise fait partie de la holding Téthys qui gère les actifs de l’héritière, à savoir principalement les dividendes de son paquet d’actions chez L’Oréal et chez Nestlé, ainsi que ses biens immobiliers. Elle travaille main dans la main, mais depuis la Suisse (!), avec la société financière française Clymène, dirigée par l’homme de confiance Patrice de Maistre et employeur, depuis 2007, de Florence Woerth, épouse de l’ex-ministre du Budget.

Et notre financier fâché d’ajouter : “Eric Woerth, durant ces deux dernières années, ne pouvait pas ignorer que sa femme se trouvait très régulièrement à Genève. Et que ce n’était certainement pas pour voir son Jet d’eau !” »

Extraits de l’article d’Élisabeth Eckert, Un « Genevagate » menace Mme Bettencourt et les Woerth, publié par tdg.ch le 02/07/10.

Voir en ligne : Un « Genevagate » menace Mme Bettencourt et les Woerth.

Sites favoris Tous les sites