Les dégâts causés par le rallye Dakar

« Et, selon des chiffres officiels, les quatre dernières éditions du rallye ont déjà détruit plus de 200 sites archéologiques dans le nord du pays. Les principales victimes sont les géoglyphes – des dessins sur les roches des collines et les plaines – mais aussi des sentiers de la Piste Inca et des vestiges d’habitations ou d’outillages lithiques, autant d’éléments étudiés par les scientifiques.

“De nombreux éléments qui permettent d’articuler notre compréhension de la préhistoire disparaissent ainsi, et chaque fois qu’un site est détruit c’est comme si un livre brûlait”, s’emporte l’archéologue Paola Gonzalez. “Au Chili, nous avons tout juste 500 ans d’histoire documentée par des écrits. Mais ce n’est qu’en étudiant ces vestiges que l’on peut comprendre les 20 000 ans précédents”, explique-t-elle.

“En raison des conditions climatiques, le désert chilien est un endroit privilégié pour la conservation de ces vestiges archéologiques”, poursuit l’archéologue qui juge “terribles” les destructions provoquées par le Dakar. En vertu de la loi sur les Monuments nationaux, ce sont 17 288 sites archéologiques et paléontologiques qui sont propriété de l’État chilien. Et la destruction de monuments est un délit qui peut être puni par une amende, voire une peine de prison. » Marianela Jarroud

Extrait de l’article, Les archéologues chiliens soulignent les dégâts écologiques du rallye Dakar, de Marianela Jarroud publié par ipsnouvelles.be le 13/01/13.

Sites favoris Tous les sites