La tête kitsch de Robespierre

Les lecteurs du journal L’Alsace.fr (12/12/2013) ont eu la surprise de trouver sur leur site une “reconstitution” photographique du prétendu visage de Robespierre réalisée par Philippe Froesch, un mulhousien qui s’était déjà illustré en “reconstituant” la prétendue tête de Henry IV. Le commentaire du journaliste est édifiant : “C’est un homme au visage grêlé par la petite vérole, à l’air fatigué par la Terreur qu’il avait fait régner dans un pays débarrassé de son roi.” Bigre ! Sur quel relique ignorée par les historiens cette “reconstitution” a-t-elle été conçue ? Réponse : “Ce masque aurait été moulé sur la tête décapitée de Robespierre par une Strasbourgeoise, Marie Grosholtz, devenue célèbre ensuite sous le nom de Madame Tussaud.” Le conditionnel est en effet plus que de rigueur ! Contrairement à une légende qui avait encore cours au début du XXe siècle (par exemple chez Hector Fleischmann, Le Masque mortuaire de Robespierre, E. Leroux, 1911), il n’existe pas de masque mortuaire de Robespierre dont le corps et la tête ont été jetés dans la fosse du cimetière des Errancis et recouverts de chaux vive sur ordre exprès de la Convention qui ne voulait laisser aucune trace du corps du Conventionnel qu’elle venait de faire exécuter. Le corps de Robespierre a été, comme Marc Belissa et Yannick Bosc l’ont montré dans un ouvrage qui vient de paraître [1], l’enjeu de la construction d’une légende particulière, articulé avec celle de son prétendu “caractère”. Nul doute que le professeur en médecine Charlier (lui aussi impliqué dans l’histoire de la “tête” de Henry IV) donnera dans la conférence de presse qu’il tiendra le 21 décembre des détails “intéressants” qui viendront ajouter une couche plus ou moins nouvelle à ce mythe.

Brève publiée par le site revolution-francaise.net le 13/12/13.

Voir en ligne : Vidéo - Conférence de l’historienne Florence GAUTHIER sur ROBESPIERRE.

Sites favoris Tous les sites