Conseil économique transatlantique le 17 décembre à Washington

Le commissaire européen Karel De Gucht a coprésidé le Conseil économique transatlantique(CET), conjointement avec Michael Froman, conseiller adjoint américain à la sécurité nationale. Le CET a réuni un certain nombre de commissaires européens et de représentants du gouvernement américain en vue de renforcer la coopération stratégique économique et réglementaire. Le commissaire De Gucht a rencontré également son homologue américain, Ron Kirk, représentant au commerce, pour examiner les progrès des négociations commerciales internationales dans le cadre du programme de Doha pour le développement [1].

"Plus j’agis dans le domaine du commerce et plus je suis convaincu que le fait de se débarrasser des barrières non douanières recèle beaucoup de valeur ajoutée", a déclaré Karel De Gucht à l’issue de la réunion du CET [2]. Les "barrières non douanières" sont l’ensemble des mesures autres que les droits de douane encadrant le commerce international, et notamment les réglementations techniques.

Auparavant, le 16 décembre, De Gucht avait déclaré lors d’une rencontre publique au Peterson Institute qu’"Il devient clair pour nous que" depuis quelque temps, "les Etats-Unis veulent vraiment faire Doha" [3].

« Commencées en 2001 dans la capitale du Qatar, les négociations de Doha, sont pratiquement au point mort depuis plus de deux ans en raison de différends persistants entre les économies développées et en développement sur l’ampleur des concessions à lâcher.

Ce cycle de pourparlers, qui se déroule sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), doit aboutir à lever les droits de douane de milliers de produits et réduire considérablement les subventions à l’agriculture.

Le président de l’OMC, Pascal Lamy, a estimé mardi que le "compte à rebours final" avait commencé en vue de leur conclusion en 2011. Les négociations doivent reprendre de manière plus soutenue à partir de janvier. » [4]

Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne, et Mme Kathleen Sebelius, secrétaire américaine à la santé et aux affaires sociales, ont signé le 16 décembre un protocole d’accord en vue de promouvoir une approche commune sur l’interopérabilité des dossiers médicaux électroniques et les programmes de formation pour les professionnels des technologies de l’information et de la santé [5].

Pour avoir davantage d’informations, lire l’article Union transatlantique : c’est la vraie marche. En avant, route !.