Minorités ethniques : le Parlement européen persiste et signe

Dans son article Mieux utiliser les fonds européens pour soutenir les Roms [1], le Parlement européen réaffirme une nouvelle fois de plus son idéal ethnique. En effet, on peut y lire dès l’introduction qu’ "avec dix millions de personnes, les Roms constituent la plus grande minorité ethnique en Europe."

Ce "Parlement" européen est bien évidemment en total adéquation avec la Commission de Bruxelles comme l’illustre ce document.

Il faut rappeler que dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne [2], il ait écrit à l’article 21 : "Est interdite toute discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale , la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle."

Comme le soulignait Pierre Hillard, "le phénomène est bien enraciné puisque un parti politique européen, le Parti Démocratique des Peuples d’Europe - Alliance Libre Européenne (PDPE - ALE) en liaison directe avec le groupe des Verts a élaboré une carte de l’Europe ethnique en 1997 (concernant, pour le moment, uniquement l’Union européenne) sous l’égide du Parlement européen." [3]

J.G., Décadi 20 Ventôse an CCXVIII