Stepan Koubiv et les défenseurs des « droits de l’Homme » et de la « civilisation », version ukrainienne...

, par  John Groleau
Lu 381 fois

Le mois dernier en lisant un article d’Ukrinform [1], nous avons pu découvrir des « défenseurs des valeurs occidentales »... Un livre de photos intitulé « L’Ukraine invaincue dans la guerre des civilisations » a été publié à Kiev et présenté à l’agence de presse nationale de l’Ukraine.

« Les initiateurs du projet [2] sont Oleksandr Sviatotsky, rédacteur en chef de la revue juridique “Pravo Oukraïny”, et Stepan Koubiv, directeur de l’organisation panukrainienne des droits de l’homme “Memorial”, qui porte le nom de Vassyl Stous. “Nous avons examiné plus de vingt mille photos et en avons sélectionné quatre mille pour le livre”, a déclaré M. Sviatotsky. Le livre de photos se compose de 27 chapitres thématiques qui couvrent la période de l’histoire de l’Ukraine, de la Révolution de la Dignité à nos jours. M. Sviatotsky a accordé une attention particulière à la section “Guerriers de la lumière”, qui comprend des portraits de défenseurs ukrainiens. On y trouve des photos du commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Oleksandr Syrsky, de son prédécesseur Valeriy Zaloujny, du chanteur d’opéra Vassyl Slipak, du militant Roman Ratouchny, du commandant de la première brigade “Loups de Vinci”, Dmytro Kotsubaylo, et de nombreux autres militaires. Le président du Congrès mondial ukrainien (UWC), Paul Grod, le vice-président de l’UWC, Stefan Romaniw, et la lauréate du prix Nobel de la paix et militante des droits de l’homme, Oleksandra Matviytchouk, se sont adressés en ligne aux participants à la présentation. »

Oleksandr Sviatotsky et Stepan Koubiv

Stepan Koubiv, Valeri Zaloujny et Dmytro Kotsyubaylo ont tous les trois notamment comme point commun d’être des grands admirateurs de Stepan Bandera et Roman Choukhevytch, les commandants historiques de l’UPA (Armée insurrectionnelle ukrainienne), organisation ayant participé à l’extermination des Juifs en Ukraine et au massacre de Polonais. Nous avons déjà évoqué à de nombreuses reprises les cas de l’ancien commandant en chef des forces armées d’Ukraine et de DaVinci, membre du Pravy Sektor (Secteur Droit), ayant reçu la plus haute distinction d’Ukraine des mains de Volodymyr Zelensky le 1er décembre 2021.

Valeri Zaloujny, commandant en chef des forces armées d’Ukraine, au centre - à sa droite Dmytro Kotsyubaylo, membre du Pravy Sektor. Portrait de Stepan Bandera en haut à droite, avec en haut à gauche une représentation de Roman Choukhevytch. Bustes sur le bureau : Bandera, Choukhevytch, Konovalets.

Il est intéressant de s’attarder sur Stepan Koubiv (Степан Кубів ; Stepan Kubiv en anglais), « directeur de l’organisation panukrainienne des droits de l’homme "Memorial", qui porte le nom de Vassyl Stous »...

Ce dernier, comme il se doit, célèbre la naissance de Stepan Bandera avec l’extrême-droite ukrainienne [3], en particulier avec le parti Svoboda du néonazi Oleh Tyahnybok.

Stepan Koubiv - 1er janvier 2013 - monument Stepan Bandera à Lviv

Il était présent tout comme le clergé dès l’inauguration de cette imposante statue de Bandera en novembre 2011 [4] qui tient lieu de rassemblement tous les 1ers janviers à Lviv [5]. Il est également de la partie lors de la « Journée des héros », célébrée chaque année en Ukraine le dernier dimanche de mai [6]. On compte parmi ces « héros », Bandera, Choukhevytch, Konovalets, Symon Petlioura, etc.

Stepan Koubiv - Journée des « héros » - 26 mai 2013 - Lviv

Journée des « héros » - 26 mai 2013 - Lviv
Journée des « héros » - 26 mai 2013 - Lviv
Journée des « héros » - 26 mai 2013 - Lviv
Journée des « héros » - 26 mai 2013 - Lviv


Il semble avoir été un acteur important lors de l’Euromaïdan :

« Під час Євромайдану був комендантом зайнятого протестувальниками Будинку Профспілок на Майдані Незалежності у Києві. » [7]

« During the pro-EU, anti-government protests known as Euro-Maydan in 2013-2014, Kubiv is a commandant of Euro-Maydan in Kiev. » [8]

Stepan Koubiv, dont le parcours est très lié à la ville de Lviv, fut le gouverneur de la Banque nationale d’Ukraine (du 24 février au 19 juin 2014), « nommé à la chute du président Viktor Ianoukovitch, qui a à ce titre participé aux négociations débouchant au déblocage de l’aide financière d’urgence de 17 milliards de dollars du Fonds monétaire international » [9]. Il fut également Premier vice-premier ministre, ministre du Développement économique et du Commerce de l’Ukraine (du 14 avril 2016 au 29 août 2019) et signa l’accord de « libre-échange » entre le Canada et l’Ukraine en juillet 2016 avec Chrystia Freeland [10].

Capture d’écran - site du Congrès des Ukrainiens canadiens

Le 21 octobre 2018, il retrouva la ministre du Commerce international, devenue entre-temps ministre des Affaires étrangères du Canada, à l’inauguration officielle du mémorial de l’Holodomor à Toronto [11].

Chrystia Freeland et Stepan Koubiv - 21 octobre 2018 - Toronto
Stepan Koubiv - 21 octobre 2018 - Toronto


Comment ne pas rappeler que Michael Chomiak, le grand-père ukrainien de Mme Freeland, était un nazi [12]...


Stepan Koubiv avait participé préalablement en 2018 à des actions communes avec le musée de l’Holodomor à Kiev [13].

Capture d’écran - site du musée de l’Holodomor à Kiev

Pour terminer, signalons que selon le site de ce musée, Antoine Arjakovsky s’est chargé de diffuser en France les informations concernant l’Holodomor [14].

Capture d’écran - site du musée de l’Holodomor à Kiev - Antoine Arjakovsky avec Alexis Leproux, président du Collège des Bernardins, le 11 février 2020.

Antoine Arjakovsky, directeur de recherche au Collège des Bernardins à Paris et fondateur en 2004 de l’Institut d’études œcuméniques à Lviv, a d’ailleurs fait une conférence à Limoges, Espace Simone-Veil, le vendredi 17 mai 2024 autour de l’exposition intitulée Du Holodomor (la grande famine) à la guerre russo-ukrainienne, 1932-2024 au musée de la Résistance en partenariat avec le musée de l’Holodomor à Kiev [15].

 [16]
Antoine Arjakovsky, Muriel Laskar et Émile Roger Lombertie, maire de Limoges, 17 mai 2024
 [17]


Antoine Arjakovsky et l’Histoire, vaste programme à première vue...

Navigation

Brèves Toutes les brèves