L’État pourra imposer aux maires l’installation de caméras de vidéosurveillance

« La grande affaire, pour la majorité, tenait toute entière dans un amendement déposé en commission par Brice Hortefeux, le ministre de l’intérieur, qui souhaitait autoriser les préfets à imposer la vidéosurveillance aux maires récalcitrants. Et à leurs frais. François Baroin (UMP, Aube), éphémère ministre de l’intérieur en 2007, s’y était vivement opposé, au point que le ministre avait retiré son amendement. Avant de le remettre jeudi sur la table de l’Assemblée.

"Dans trois cas précis, a indiqué le ministre, la prévention des actes de terrorisme, les sites d’importance vitale, ou les intérêts fondamentaux de la nation, il faut que le dernier mot reste à l’État." Le préfet pourra ainsi imposer des caméras. L’État financera jusqu’à la moitié de l’investissement.

Delphine Batho (PS, Deux-Sèvres) a fait observer que la mesure était contraire à la libre organisation des collectivités territoriales ; François Pupponi (PS, Val-d’Oise), s’il "comprend la logique", s’est inquiété des coûts de financement. Treize caméras ont été installées à La Courneuve, a expliqué son maire, Daniel Goldberg (PS, Seine-Saint-Denis), ce qui représente 543 000 euros d’investissement. La subvention de 104 000 euros n’y a pas suffi. D’autant que le coût de fonctionnement de l’installation s’élève à 242 000 euros par an. Qui va payer ? Le ministre n’a pas répondu, la droite n’a dit mot, l’amendement a été adopté. »

Extrait de l’article de Franck Johannès, L’État pourra imposer aux maires l’installation de caméras de vidéosurveillance, publié par le journal Le Monde le 13/02/10.

Voir en ligne : L’État pourra imposer aux maires l’installation de caméras de vidéosurveillance.