Aux origines du racisme moderne. 1789 | 1791

, par  J.G.
Lu 194 fois

Quatrième de couverture :

Qu’est-ce qu’un « noir », un « métis », un « blanc » en plein siècle des Lumières, alors que la France pense créer la figure de l’homme universel ? Cet ouvrage fait revivre le grand débat qui vit s’affronter, sous la Révolution, adversaires et partisans du préjugé de couleur, querelle ouverte par la remise en cause de l’ordre esclavagiste dans les colonies françaises d’Amérique.
Deux hommes s’opposent : Julien Raimond, riche métis libre des Antilles, fondateur de la Société des Citoyens de Couleur, et Moreau de Saint-Méry, porte-parole des colons et opposé à toute réforme.
Le combat de Julien Raimond, lui-même propriétaire d’esclaves, ne porte pas d’abord sur l’abolition. Il veut avant tout défendre les hommes libres de couleur, qui en 1771 avaient été privés de leurs droits politiques. Ce n’est que peu à peu que sa position évolue et qu’il prône la fin de l’esclavage (effectivement aboli une première fois en 1794).
À partir d’archives inédites, Florence Gauthier offre de nouvelles perspectives pour comprendre le clivage qui oppose en France et dans le monde les ambitions du différentialisme à celles de l’universalisme et de son unité affirmée du genre humain.

Livre de Florence Gauthier, CNRS Éditions, coll. « Biblis », réédition en livre de poche, Paris, 2024.

Florence Gauthier est historienne, spécialiste du XVIIIe siècle, auteur entre autres de Triomphe et mort de la révolution des droits de l’homme et du citoyen. Elle collabore à l’édition des Œuvres complètes de Maximilien Robespierre.

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves